VideoMorph ; un excellent convertisseur multimédia open source.


Par Bruno Séradzski.

0000

Si vous cherchez une application pour convertir vos fichiers multimédias de manière simple et sans devoir recourir à des configurations et réglage des paramètres, voici VideoMorph.

Je vais dans cet article vous parler de cette excellente application.

VideoMorph est un transcodeur gratuit, multi-plateforme (GNU/Linux et Windows) à code ouvert et sous licence Apache version 2.0.

Le logiciel est développé par Ozkar L. Garcell et Leodanis Pozo Ramos.

VideoMorph est écrit en langage de programmation Python 3 et utilise également la bibliothèque FFmpeg sur laquelle il repose pour effectuer des taches de transcodage en divers format (décodage, encodage, transcodage, filtre, ajouter des légendes et autres) de vos fichiers multimédias.

VideoMorph supporte les formats multimédias suivants : .mov, .F4V, .dat, .mp4, .avi, .mkv, .wv, .wmv, .flv, .ogg, .webm ,. ts, .vob, .3gp et .ogv.

L’objectif du programme est de présenter une interface facile à utiliser, simple, qui n’inclut pas d’options inutiles ou peu utilisées. L’application a été récemment mise à jour en version 1.3.1. Cette mise à jour corrige certaines erreurs trouvées dans la version précédente.

Site du projet :

https://videomorph.webmisolutions.com/


Comment installer VideoMorph dans Ubuntu 16.04 LTS, 18.04LTS et dérivés:

Si vous voulez installer cette application sur votre système, vous pouvez le faire très simplement en téléchargeant le paquet .deb de l’application via le lien suivant (nos amis sous Windows, y trouveront un paquet .exe):

https://videomorph.webmisolutions.com/descargas/

Sur cette même page vous trouverez une version portable du logiciel.

Visite en images :

videmor0

Interface d’accueil.

videomor1

Ouvrir un fichier vidéo à convertir.

videomor3

Votre explorateur de fichier s’ouvre, sélectionnez la vidéo à convertir et cliquez sur le bouton « Ouvrir ».

videomor4

Votre fichier est chargé dans VideoMorph.

videomor5.1

Choisissez le format d’écran, 4:3 (4 tiers) ou 16:9 (format cinéma), mieux vaut respecter le format d’origine, sinon l’image obtenue sera déformée.

videomor5.2

Sélectionnez le fichier de destination.

videomor5

Sélectionnez le type d’encodage qui vous convient. Notez au passage que si vous sélectionnez « MP3 », vous ne récupérerez que la bande son de la vidéo, ce qui peut-être une option intéressante dans certains cas.

Les autres options, vous permettent d’insérer des sous-titres, d’effacer la vidéo d’origine, formater les tags de la vidéo de sortie et d’éteindre votre ordinateur lorsque la conversion est terminée, cette option est utile dans le cas de transcodage qui dure plusieurs heures.

videomor6

Lancez le transcodage…

videomor7

Et patientez.

Publicités
Publié dans logiciel, tutoriels, Vidéo | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Easy2Boot : ou comment tester des distributions Linux et autres.


Par Bruno Séradzski.

easy2boot

Comment tester rapidement une distribution linux ? En créant une clé USB capable de lancer un système live ; cela, tout le monde sait le faire, grâce à des applications comme l’utilitaire « Disques » sous Ubuntu ou encore « live-usb-créator », « UnnetBootin »,etc.

Qu’en est-il si vous souhaitez tester plusieurs distributions ? Cela est possible grâce à Easy2Boot. Bien sur il existe le célèbre MultiSystem qui permet avec un minimum de manipulations d’installer (décompresser) plusieurs images ISO sur une clé USB. Le problème de ce dernier est qu’il n’est pas compatible avec toutes les distributions ; Easy2Boot lui fonctionnera dans 99 % des cas.

De plus, une fois votre clé USB Easy2Boot créée, il est extrêmement rapide et facile d’y ajouter des images ISO.

Quel est l’intérêt ?

En dehors d’avoir quelques distributions sur une clé USB, l’intérêt d’une clé Easy2Boot est que vous pourrez ainsi montrer facilement à vos amis « Windowsiens » à quoi ressemble un système GNU/Linux et éventuellement procéder à des installations.

Ou encore vous pourrez créer une image ISO installable de votre distribution et la coller dans votre clé Easy2Boot pour avoir constamment sous la main un système prêt à l’emploie.

Notez également qu’il est possible de charger des images ISO de Windows, celle-ci étant disponible sur le site de Microsoft ; naturellement il vous faudra une licence valide pour utiliser ce système.

Le site : http://www.easy2boot.com/

Pas à pas.

Téléchargez Easy2Boot : https://drive.google.com/drive/u/0/folders/0B44X_H05wMHFdmFjcUJJQ0RyZTQ

easy2boot0

Choisissez la version « .zip ».

Il vous faut maintenant formater votre clé USB, branchez-la à votre machine et lancez Gparted.

easi2boot0.1

1_ Repérez bien l’identifiant de votre clé, par exemple pour moi il s’agit de /dev/sdb1.

Attention, ne vous trompez pas, car le média que vous allez sélectionner pour l’installation d’Easy2Boot sera formaté et toutes les données qu’il pourrait contenir seront définitivement effacées.

easy2boot0.2

L’étiquette peut également vous renseigner.

easy2boot0.3

2_ Démontez la clé.

easy2boot0.5

3_ Supprimez la ou les partitions existantes.

easy2boot0.4

Vous vous retrouvez donc avec une partition non allouée.

easy2boot0.6

4_ Créez une nouvelle partition.

easy2boot0.7

Choisissez le système de fichier NTFS, si vous optez pour FAT32 sachez que vous ne pourrez pas utiliser des fichiers supérieurs à quatre GO.

La partie préparation de la clé USB est maintenant terminée. Rendez-vous dans votre dossier Téléchargements où devrait se trouver le fichier Easy2Boot_vx.x que vous avez précédemment téléchargé.

easy2boot0.9

Décompressez le fichier sur place.

Pour faire plus simple, renommez ce fichier en « easy2boot ».

Installation.

Tous les préliminaires ayant été accomplies, passons à présent à la partie installation. Pour cela nous devons nous rendre dans le répertoire « linux_utils », contenu dans le dossier que nous avons renommé en « easy2boot », lui-même contenu dans le dossier « Téléchargements » de votre répertoire personnel.

1_ Lancez le terminal.

2_ Saisissez la ligne suivante :

cd /home/x/Téléchargements/easy2boot/_ISO/docs/linux_utils

Remplacez « x » par votre nom d’utilisateur.

easy2boot10

3_ Il faut donner les droits d’exécution à tous les fichiers de ce répertoire, toujours dans le terminal, tapez la ligne suivante :

chmod 777 *

easy2boot12

4_ Et enfin on lance l’installation avec la commande suivante :

sudo bash ./fmt_ntfs.sh

5_ Vérifiez que l’installeur a bien sélectionné votre clé USB.

easy2boot13

Si c’est bien le cas, tapez « y » pour « oui » et « Entrée ». Ensuite
une dernière chance vous est offerte, si vous vraiment sur, alors tapez une nouvelle fois « y ».

 

 

easy2boot15

Une fois l’installation est terminée, vous pouvez ajouter les distributions de votre choix ; pour cela montez votre clé USB qui se nomme désormais EASY2BOOT, rendez-vous dans le répertoire ISO ⇒ LINUX et collez vos distributions.

easy2boot16

Il ne vous reste plus qu’à redémarrer votre machine et « booter » sur votre clé Easy2Boot.

easy2boot17

Sélectionnez le menu « Linux » avec les flèches « haut/bas » de votre clavier et taper sur « Entrée ».

easy2boot18

Sélectionnez la distribution de votre choix et tapez sur « Entrée ».

easy2boot19

Le système live se lance.

Publié dans tutoriels | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Ubuntu 18.04 est disponible sur le site officiel.


La version 18.04 LTS, Bionic Beaver est désormais disponible ; voici succinctement les nouveautés et changements apportés à cette version.

1

Téléchargement : https://www.ubuntu.com/

Le noyau.
Ubuntu 18.04 LTS utilise le noyau 4.15.0-20 qui permet une meilleure compatibilité avec les derniers processeurs et des correctifs de sécurité notamment suite aux failles Meltdown et Spectre.

Installation.
Une nouvelle option « Installation minimale » vous est proposée lors de l’installation du système. Cette option permet d’installer un système basique, avec uniquement un navigateur et des outils essentiels.

2

Le bureau.
Gnome est de nouveau l’environnement de bureau par défaut d’Ubuntu et remplace le regretté Unity. Comme prévu, l’intégration de Gnome à cette dernière LTS s’est fait avec certaines modifications et notamment l’ajout d’un dock sur le côté gauche de l’interface, afin de rester au plus près, visuellement, du regretté bureau Unity qui équipait les précédentes versions d’Ubuntu.

3

Livepatch
Ubuntu Kernel Live Patch permet d’installer des mises à jour de sécurité ainsi que des correctifs au noyau à chaud, c’est-à-dire sans avoir à redémarrer la machine ; Ubuntu Kernel Live Patch ne pourra être utilisé qu’après l’ouverture d’un compte Ubuntu Single Sign On.

Créer un compte Ubuntu Single Sign On : https://login.ubuntu.com/

Le serveur graphique.
X org reste le serveur graphique par défaut sur la version 18.04, Wayland lui sera utilisé sur les versions intermédiaires et sera installé, par défaut sur la prochaine version de LTS 20.04 s’il est stable d’ici là.

To Do.
Le gestionnaire de rappel de tâche To Do a été ajouté à l’installation standard d’Ubuntu 18.04.

Version 32Bit.
Ubuntu en version 32Bit n’est désormais plus disponible pour de la version desktop d’Uubntu 18.04, elle reste néanmoins disponible pour les autres types de versions.

LibreOffice.
C’est la version 6.0 est désormais installée dans cette version 18.04 LTS.

Boutons des fenêtres.
Les contrôles des fenêtres, fermer, minimiser, maximiser, retournent par défaut du côté droit, ceci est bien-sur modifiable dans les paramètres.

Voilà pour l’essentiel des changements de cette version, vous trouverez la liste complète ici :

https://wiki.ubuntu.com/BionicBeaver/ReleaseNotes

Publié dans dossier, Présentation, système d'exploitation, Ubuntu | Tagué , , | Laisser un commentaire

Parution de Planète Linux n° 102


Le n°102 de Planète Linux est disponible.

Vous voulez tout savoir sur Uruk GNU/Linux 2.0 ? Où acheter un portable sous Linux ? Comment transformer votre RPI en Chromecast ? Procurez-vous vite ce numéro.

Au sommaire.

Publié dans contrôle à distance, Gps, Infos, installation linux, Revue informatique, système d'exploitation, tutoriels | Tagué , , | 1 commentaire

Les meilleures distributions de jeu sous GNU/Linux.


Par Bruno Séradzski.

Il fut un temps ou GNU/Linux était à la traîne par rapport aux systèmes d’exploitation Windows et Mac OS.

Avant que des environnements de bureau puissants n’existent sous GNU/Linux, lorsque les utilisateurs usaient de la ligne de commande pour contrôler leur système, ces derniers étaient limités à jouer à des jeux en mode texte, qui n’offraient pas des fonctionnalités comparables à celles des jeux graphiques d’aujourd’hui.

Cependant, avec l’immense avancée des bureaux GNU/Linux, plusieurs distributions ont été créées, offrant aux utilisateurs des plates-formes de jeu avec des applications et des fonctionnalités graphiques fiables.

Dans cet article, nous allons découvrir quelques distributions GNU/Linux capables de faire tourner les jeux d’aujourd’hui.

Steam OS.

j0

Steam OS est probablement la meilleure distribution de jeu GNU/Linux, elle est basée sur Debian. C’est la plus connue et la plus utilisée. Elle comporte un assortiment de nombreux logiciels de divertissement, vous pouvez la considérer comme une plate-forme de jeu complète pour GNU/Linux.

Après l’installation de Steam OS, vous avez accès à un grand nombre de jeux en ligne, vous aurez aussi la possibilité de rejoindre une immense communauté de joueurs du monde entier.

Les utilisateurs peuvent également créer et partager leur propre contenu avec de nombreux autres membres de la communauté en ligne.

Quelques caractéristiques:

  • Un grand nombre de jeux disponible dans le magasin Steam.
  • Livré avec un environnement de bureau GNOME personnalisé.
  • Permet l’utilisation du clavier ou de joysticks.
  • Offre plusieurs autres logiciels de jeux mineurs et bien d’autres.

Le site: http://store.steampowered.com/

Ubuntu GamePack.

j2

Ubuntu GamePack, comme son nom l’indique, est une distribution basée sur Ubuntu, elle supporte plus de cinq mille jeux.

Caractéristiques :

  • Livré avec plate-forme de jeu Steam et l’application de jeu Lutris.
  • Permet aux utilisateurs d’accéder à des milliers de jeux en ligne et hors ligne.
  • Les utilisateurs peuvent également exécuter des jeux Windows en utilisant l’application Wine.
  • Prends en charge Adobe Flash et Java pour permettre une exécution efficace et fiable des jeux en ligne.

La page de téléchargement: https://sourceforge.net/projects/ualinux/files/Ubuntu%20Pack/Ubuntu%20GamePack/

Jeux sous Fedora.

Fedora Games Spin est une autre excellente distribution GNU/Linux pour les jeux.

j4

j3

Les utilisateurs peuvent l’exécuter en mode live à partir d’un support USB ou DVD sans nécessairement l’installer, elle est livrée avec l’environnement de bureau Xfce et plus de deux mille jeux.

Si vous cherchez une plate-forme pour jouer à des jeux sous Fedora, alors ne cherchez pas plus loin, procurez-vous Fedora Games Spin.

Visitez la page d’accueil: https://labs.fedoraproject.org/fr/games/

Drift Game Linux.

j5

j6

Basée une fois de plus sur Ubuntu, Game Drift Linux est une distribution orientée jeu relativement nouvelle, elle offre aux utilisateurs une jouabilité agréable avec le support de plusieurs jeux GNU/Linux, ainsi que des jeux Windows via la plateforme CrossOver Games.

Aller sur le site: http://gamedrift.org/

Conclusion.

Même si elles n’égalent pas tout à fait Windows ou MacOS, les distributions GNU/Linux rattrape rapidement leur retard. Elles deviennent ainsi des systèmes d’exploitation appropriés et acceptables pour les joueurs, vous permettant de jouer à de nombreux jeux populaires et passionnants.

Publié dans Jeux, tutoriels | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

LireCouleur, un outil pour aider les lecteurs débutants ou dyslexique.


Par Bruno Séradzski.

Présentation.

lc1

LireCouleur est une extension regroupant un ensemble d’outils destiné à aider les lecteurs débutants, enfants ou adultes en difficulté, à décoder les mots en utilisant les principes de la coloration des syllabes.

L’extension est placée sous la licence LGPL 2, et est développée en Python par Marie Brungard, on a là en bel exemple de l’esprit Open Source, car c’est sur son temps libre que Marie Brugnard code et maintient cette extension.

Concrètement l’extension permet d’appliquer une couleur ou une typographie particulière à chaque son.

Il en va de même pour les lettres muettes pour lesquelles on peut atténuer le contraste, les syllabes que l’on peut souligner, les lignes de texte qui peuvent-êtres colorées, espacées, etc.

De plus ces outils peuvent également servir aux personnes dyslexiques et aux étrangers apprenant le français.

LireCouleur s’installe sans problème dans LibreOffice et OpenOffice et est multi-plateforme.

Vous pouvez télécharger l’extension sur le site de l’auteur.

http://lirecouleur.arkaline.fr/telechargements/

Fonctionnement.

lc2

LireCouleur se présente sous la forme d’une barre de menu.

Cette barre donne accès aux fonctions suivantes :

  • Choisir les phonèmes à mettre en évidence.
  • Faire apparaître les lettres muettes ou caduques avec une typographie particulière.
  • Colorier les sons des phonèmes sélectionnés.
  • Segmenter les mots en syllabes et alterner la typographie de chaque syllabe.
  • Couper les mots en syllabes et les souligner.

Le reste est très simple, il faut sélectionner un mot du texte, ou une partie du texte, et cliquer sur l’une des icônes de la barre de menu pour que le texte soit modifié directement dans le document.

En pratique.

lc3

Exemple d’atténuation des lettres muettes ; sélectionnez le texte et cliquez sur l’icône appropriée.

lc4

Coloration des phonèmes.

lc5

Coloration des phonèmes complexes.

lc6

Coloration des syllabes.

lc7

Syllabes soulignées.

lc8

Vous pouvez associer plusieurs fonctions afin d’avoir un texte plus clair et plus facile à lire ; ici, j’ai associé les fonctions « Syllabes en couleur », « Syllabes soulignées », « Espacer les mots » et « Espacer les lignes ».

lc9

LireCouleur propose un modèle de document, il suffit d’y saisir ou d’y copier/coller votre texte et de lui appliquer le traitement souhaité.

Pour revenir au document original, sélectionnez votre texte et cliquez sur l’icône « style standard ».

Il y a d’autres possibilités, comme appliquer une couleur différente aux consonnes et aux voyelles, confusion entre les lettres « b, d, p et q »,marquer le début et la fin des phrases, etc. Je vous laisse le soin de les découvrir.

Pour conclure cet article, je dirais que cette extension mérite d’être largement diffusée, elle intéressera non seulement les enseignants, mais aussi les parents et les formateurs engagés dans l’apprentissage de la lecture auprès des étrangers et des personnes analphabètes ou illettrées.

Publié dans Accessibilité, entrainement cérébral, Extension, tutoriels | Tagué , , , , , | 7 commentaires

Parution du n° 101 de Planète Linux.


Parution du n° 101 de Planète Linux février/mars 2018.

http://www.dppresse.com/?cat=2

couv2

À lire dans la rubrique ACTUX : LibreM 5 : Gnome ou Plasma ?

Dans la rubrique Games : Les meilleurs jeux vidéo du moment.

Le Bitcoin ; c’est quoi au juste. La réponse page 26, rubrique Comprendre.

couv

Le sommaire complet.

Publié dans Revue informatique, tutoriels | Tagué , , , , | Laisser un commentaire